AU MEMBRE DU GROUPE

Infos pour que vos vidéo de contact radio puisse être vue   ici sur le site WEB du Groupe, merci de les enregistré via votre page  youtube ou dalymotion pour avoir un liens de visionnage   est  ensuite m’envoyer le lien

sinon elles ne pourrons pas être vue

Si vous savez pas faire envoyer moi ma la vidéo  , est je  les enregistrerai merci 73s :) de 14lcd046 Carlos web-master


VIDÉO QSO PMR


Contact avec des membres du groupe



(( N1 ))

2EME PARTIE

1ER PARTIE

  ((N2 ))vidéo bis de QSO PMR VIA RELAIS AVEC  département 46- 31 - 86 - certains d'entre vous ne pouvait pas la visionner sur certains site web du a un problème de SME  droit d’auteur musique , donc j'ai refais un montage , sorry 73s



Photo   de 14LCD002 Daniel   
voici l'antenne lentille en or pour le 446MHz


ICI DESSOUS LE FILM PHOTO DE NOTRE AMI

 Jean Claude 14 LCD 014 (le puch infernal

                       ouvrir le lien

http://www.kizoa.fr/Montage-Video/d33525848k9470945o1l1/14lcd014-jean-claude


vidéo de Valérien 14FRS1968 - Ouvrir le lien pour visionnage car pas enregistrées sur le site connue de video

https://onedrive.live.com/?authkey=!AFusLfV-pofNGOc&cid=2A552A0BEEA3C53E&id=2A552A0BEEA3C53E!600&parId=2A552A0BEEA3C53E!596&o=OneUp













http://www.ina.fr/video/CPF86609246




Le code RST :


Tous les amateurs qui pratiquent  utilisent aujourd'hui un système inventé par W2BSR et lancé dès 1934 par l'ARRL. C'est le code RST. Ce code permet de passer un contrôle sur la réception de son correspondant. Il se passe de la façon suivante : RST 589, par exemple, veut dire : parfaitement lisible, forte puissance de réception, tonalité excellente des signaux.


R = readibility : lisibilité des signaux

  1. : incompréhensible.
  2. : à peine lisible, quelques mots çà et là.
  3. : lisible avec beaucoup de difficulté.
  4. : lisible sans difficulté.
  5. : parfaitement lisible.


S = signal strength : force des signaux

  1. : à peine perceptible.
  2. : très faible.
  3. : faible.
  4. : bon, mais faible.
  5. : assez bon.
  6. : bon.
  7. : très bon.
  8. : puissant.
  9. : très puissant.
  • La prise de terre

Quelques exemples pour confectionner une prise de terre efficace: la descente doit être aussi courte que possible.
La prise de terre n'est plus guère indispensable avec les récepteurs modernes. Théoriquement elle peut améliorer l'écoute et supprimer du bruit de fond, mais il faut alors que la liaison câblée soit robuste et courte. Dans la pratique l'effet inverse peut se présenter: une mauvaise prise de terre ne change rien ou ajoute des parasites locaux. Attention aux canalisations d'eau qui ne peuvent servir de prise de terre si une seule de leurs sections est en matière synthétique! On recommande partout de ne jamais utiliser les canalisations de gaz, qui sont suffisamment dangereuses sans y inviter la foudre.
La prise de terre est plutôt utile, aujourd'hui, pour dériver vers le sol les surtensions accumulées sur l'antenne (temps orageux, coups de foudre à proximité, ou même vents violents) à condition qu'elles soient recueillies par un parafoudre, avant le récepteur, à l'extérieur. Lors d'une tempête de neige, on a vu une simple antenne extérieure de 10 mètres amasser des charges statiques créant à son extrémité inférieure des éclatements bleuâtres vers le mur, se produisant toutes les secondes pendant une bonne demi-heure, noircissant sa gaine isolante. C'est très impressionnant, et plutôt piquant à manipuler, et ce n'est bon pour aucun récepteur, même si une protection limitée est prévue. En cas d'orage, il est conseillé partout, impérativement, de débrancher momentanément antennes et alimentation.
  • Le code SINPO
Comment décrire la qualité de réception? Pour ce faire, on peut rédiger plusieurs paragraphes, mais il existe un procédé sous forme de résumé codé, issu des pratiques de la radio amateur. C'est le code SINPO.
La plupart des grandes stations internationales utilisent l'heure universelle et comprennent ce code SINPO. Font exception cependant, et c'est bien compréhensible, les petites stations des régions tropicales, auxquelles il est parfois préférable d'écrire dans leur langue, en citant les détails de programmation selon leur heure locale, et en décrivant en clair la qualité de réception.
Quelques stations internationales de moindre envergure se basent encore sur les relevés d'écoutes de leurs auditeurs pour se faire une opinion de l'efficacité de leur diffusion, ou l'identification des stations causant des interférences. Cependant, toutes les grandes stations internationales disposent aujourd'hui de moyens instantanés de connaître la qualité de réception dans leurs régions-cibles, principalement par échanges de services réciproques et communications directes avec leurs consoeurs. Le DXiste appartenant à la race du radioamateur raté" perd royalement son temps et fait sourire s'il émaille de détails pseudo-techniques ses rapports d'écoute à la VOA ou à RFI, ou à un quelconque gros canon situé sur son continent. Reflet d'un autre âge où les émetteurs ne rayonnaient pas 300 ou 500 kilowatts. Il risque surtout de se faire "cataloguer" alors que les radiodiffuseurs sont surtout intéressés à recevoir des commentaires sur le contenu de leurs émissions.
Le tableau suivant indique de quelle manière on évalue chacun des aspects de la propagation, de façon à les exprimer en un code de 5 chiffres: force du signal ou niveau sonore (S = strength), présence d'interférences (I), bruits statiques atmosphériques (N = noise; attention: les parasites industriels ou domestiques de votre quartier n'intéressent que vous, c'est votre problème, pas celui de l'émetteur!), stabilité ou instabilité de la propagation (P) due au "fading" (cet évanouissement périodique grandement atténué et presque totalement absent dans les récepteurs qui ont aujourd'hui un contrôle automatique de gain), et enfin une appréciation générale (O = overall).
La force du signal peut être évaluée à l'oreille ou selon la position moyenne de l'aiguille du S-mètre, ou l'allumage d'une série de diodes: rappelons qu'il n'y a pas de standardisation technique des S-mètres, qu'ils réagissent plus ou moins selon le rendement de l'antenne utilisée et son emplacement, et que de toute façon le SINPO n'est pas et n'a jamais prétendu être une mesure à caractère technique, mais simplement une abréviation pratique. A noter que le chiffre du "O" peut très bien être supérieur à celui du "S": le confort d'écoute peut être excellent même avec un signal modéré ou faible, si la réception n'est pas gênée d'autres manières.
LE CODE SINPO
 
Niveau sonore
Interférence
Bruits statiques
Stabilité propagation
Aspect global
         
S
I
N
P
O
5
excellent
absente
absents
excellente
excellent
4
bon
légère
légers
bonne
bon
3
moyen
moyenne
moyens
moyenne
moyen
2
faible
forte
forts
instable
mauvais
1
inutilisable
énorme
énormes
sporadique
inutilisable
 
 
  • Les confirmations par carte QSL.
En remerciement, les stations envoient souvent, mais dans des délais très variables selon le personnel dont elles disposent, des cartes de confirmation (confirmant que votre réception portait bien sur leur station), généralement du format carte postale, souvent illustrées de manière très originale. La coutume continue d'appeler ces cartes des QSL, et même des "vérifications", relique franglaise du jargon radio amateur dans lequel QSL signifie: réception confirmée. Mais en fait, sur la quasi-totalité des cartes envoyées par les stations internationales, on ne trouve plus aujourd'hui la mention de ces trois lettres.
On peut faire de splendides collections de ces cartes colorées. Certes, elles ne seront jamais une preuve juridique de vos exploits de DXiste, puisqu'on peut écouter un programme local en Indonésie, retourner chez soi en avion à l'autre bout du monde le lendemain et poster le rapport d'écoute de Montréal comme si la réception avait été faite là, ou encore employer un stratagème avec un correspondant local intermédiaire. Mais certaines cartes acquièrent très vite une grande valeur sentimentale, surtout après un bouleversement politique et la suppression de la station...